La chaîne du livre

Publié le par hypos

J'avais vu naître cette chaîne sur le net il y a quelques jours, je ne pensais pas devoir y participer. C'était sans compter sur ce cher KaG qui a fini par me renvoyer la patate chaude.

Pour simplifier l'affaire, je me suis donc saisie du livre que je venais de terminer "Lignes de faille" de Nancy Huston.

Nancy Huston fait partie de ces auteurs fétiches dont j'achète sans hésitation tous les ouvrages. Depuis "La virevolte", ses écrits sont toujours en résonnance avec une partie de moi-même et elle a cette manière sans équivalent d'aborder des sujets graves, voire bouleversants, avec une légèreté d'impressionniste.

"Lignes de faille" ne déroge pas à la règle et, en quatre témoignages d'enfants de six ans, nous fait remonter du XXIième siècle aux  pires exactions nazies. Une manière de démontrer ce paradoxe qui fait que le vécu d'une génération peut à la fois marquer d'une empreinte indélébile les suivantes et n'avoir pour autant aucune "réalité".


C'est donc confiante et ravie de vous faire partager un extrait de l'ouvrage que j'ouvre la page 123 et recherche la 5ème ligne de la page pour retranscrire ici les 5 lignes suivantes.


"Charcuteries marbrées de gras, cornichons et radis, oeuf mimosa, fromages puants, salade de pommes de terre aux oignons, pain noir et dur...Par bonheur, en passant par la cuisine maman a aperçu une boîte de corn-flakes..."

Patratra ! La trivialité du propos est déconcertante hors contexte et je ne suis plus du tout certaine de vous persuader ainsi d'acquérir ce livre.  A part comprendre, pour de mauvaises raisons, pourquoi je dévore l'histoire, rien dans ces quelques mots ne peut traduire le ressenti de l'ensemble !


Au cas où vous ne seriez pas totalement sceptique, je vous laisse  -parceque c'est la règle du jeu et parceque j'ai quand même espoir de faire des émules - les références : Nancy Huston, Lignes de faille, collection Babel, éditions  Actes Sud, oct 2007. 


Publié dans L'enchaînée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article