l'Effet kiss cool des vacances

Publié le par hypos

Cela fait un bail que je suis partie... et je suis déjà revenue depuis cinq jours. Et pourtant, au lieu de me précipiter sur le net et de dévorer les nouvelles "du front" avant de donner mon propre avis sur l'ensemble des informations lues, j'ai délaissé mon PC après avoir vaguement visité mes blogs préférés.

Pareillement, c'est avec beaucoup d'indifférence que j'ai constaté que mes stats chutaient de manière vertigineuse après ce long silence d'un mois.

La rentrée politique me laisse froide, aussi froide que le temps qui règne ici. J'ai l'impression de n'avoir plus rien à dire sur rien : j'ai les neurones congelés et deux de tension.

Un mois d'absence et c'est tous mes réflexes qui s'en trouvent chahutés.


Il faut dire que le barnum Hypos a vécu loin de la civilisation pendant ces quatre semaines. Après la vie sauvage au bord de l'Atlantique, le cirque a déménagé vers les rivages de la méditerranée entre mer et montagne, dans une zone où même le téléphone portable ne captait plus.

Ne restait dans ce no-where que les grandes ondes nationales (Ah ! Le bonheur d'écouter les pubs d'Europe1 et de RTL et les performances sportives de nos équipes à Pékin !) et quelques radios locales vantant les mérites de telle ou telle discothèque du cru (endroits que même imbibée d'une forte dose de sangria, je ne fréquente plus depuis des lustres).

Loin de toutes les tentations électroniques, il a bien fallu me désintoxiquer de l'addiction politique et Internet. Ce que j'ai fait sans difficulté aucune.

Et je suis à tel point déshabituée que j'hésite même à répondre aux quelques mails et coups de fils que je reçois tant l'effort à consentir me semble incompatible avec mon biorythme actuel.



J'attends donc que les premiers effets de la pollution citadine se fassent ressentir pour reprendre mes habitudes civilisées !


Publié dans Autodérision

Commenter cet article