Terrible cyclone à meudon la forêt

Publié le par hypos

"Un terrible cyclone  a balayé ce dimanche 20 juillet 2008 à 19h27 le sud-ouest de Meudon, faisant au moins 3 blessés graves."

Sous cette laconique dépêche, se cache encore une fois un drame humain ignoré de la plupart de nos concitoyens.


Par notre envoyé spécial.

La famille X, allégée de la présence de l'aîné et du benjamin, coulait depuis une quinzaine de jours des heures heureuses. Chacun faisait ce qui lui plaisait, mangeait - à l'heure qui lui convenait - ce qui  lui chantait, s'endormait sans complexe dès l'instant où le corps le réclamait.

C'est vers 18h30, et suite à un sms anonyme, que l'inquiétude commença à gagner cette paisible demeure. On y avertissait en effet le chef de famille de l'arrivée imminente d'un tsunami.

Aussitôt, chacun se mit en branle pour échapper au danger : claquements de tiroirs et de portes, rangement rapide des bols et tasses en déroute dans les différentes pièces de la maison, évacuation immédiate des déchets éparpillés, mise aux abris des objets personnels, derniers messages envoyés via le net aux proches et aux amis.

A 19h20, la famille X se trouve réunie dans le salon, les uns et les autres alignés sur le canapé en proie à une sourde terreur. Les chiens eux-mêmes n'osent plus bouger, instinctivement conscients du drame qui s'annonce.

Les 7 minutes suivantes s'étirent dans un profond silence rythmé par les battements de l'horloge.

C'est à 19h27 précises que l'ouragan Yanis s'abat sur la communauté.



Des dégâts majeurs et trois blessés graves.

Tableau de désolation ce matin dans cet appartement du 9ème étage où, selon un responsable local,  "Les ravages engendrés pourraient être "pires que le tsunami" de décembre 2004 dans l'océan Indien".

Les 3 rescapés, blessés, errent aux milieux des décombres, cherchant sans beaucoup d'espoir leurs effets personnels.
A intervalles irréguliers, des cris s'échappent d'une pièce ou d'une autre. Des rixes éclatent pour des raisons inconnues.
Le frigo est pillé. La salle d'eau n'a jamais aussi bien porté son nom.
Suite à la collision de 43 voitures et de 6 camions Majorette, un gigantesque embouteillage s'est formé dans le couloir.

L'ouragan Yanis semble, cet après-midi, avoir perdu de sa puissance. Les stations météorologiques affirment néanmoins qu'il pourrait connaître, dans les heures qui viennent, un regain d'énergie.

Les autorités sont dépassées par l'ampleur des dégâts et envisagent de faire appel à la communauté internationnale pour sauver ce qui peut encore l'être.  A moins qu'elles ne quittent, dans l'urgence, le lieu du drame pour garantir leur sécurité mentale.




Publié dans L'état de mère

Commenter cet article