Déchaînée

Publié le par hypos

Aujourd'hui, je fais dans le marketing tapageur : un titre à la noix pour des chaînes à la gomme et un billet éruptif qui doit me libérer d'une série de tags en attente !


Le dernier livre que j'ai acheté *ET* terminé était justement celui d'une auteure américaine. (J'adore la littérature anglo-saxone et son humour au second degré).

J'ai la chance d'avoir une mère qui oeuvre depuis des années dans une bibliothèque. De comités de lecture en comités de lecture, elle m'informe des meilleurs livres parus et c'est elle qui me fournit en ouvrages car la lecture devient un luxe au prix prohibitif.

Néanmoins, j'ai récemment acheté le dernier livre de Joyce Carol Oates "La fille du fossoyeur" (qui n'est pas spécialement drôle). Elle nous décrit la vie de Rebecca, entre la haine du père et la réalité de l'Amérique des années d'après guerre, et ce roman m'a laissée toute bouleversée.


Quel livre suis-je en train de lire ? Qu'en pensè-je pour l'instant ?
D'ordinaire, c'est parce que ma vie professionnelle m'amène dans les gares que je me fournis en folio. C'est ainsi que j'avais sur un coup de tête acheté plusieurs Pennec sans tous les lire.

Je me suis plongée hier soir dans "Messieurs les enfants" pour chasser un vague vague à l'âme et l'opération réussit puisque je pleurais littéralement de rire à certains passages. Dommage, je n'ai pas le choix de l'extrait, il me faut vous citer la ligne 13 de la page 42 : "devait se contenter de lui ôter les amygdales ?", ce qui ne veut rien dire.


Choisir l'un de mes livres favoris, quel est il ? Pourquoi fait-il partie de mes favoris ?
Comme tous les vieillissants, j'ai une affection toute particulière pour les livres que j'ai découvert dans ma jeunesse et qui ont forgé ma façon de voir la vie.

Parmi les auteurs qui m'ont le plus marquée, il y a Robert Merle et l'Ile et Malevil dans lesquels on retrouve la même question fondamentale sur la capacité de l'homme à surmonter l'isolement et à reconstruire une communauté sur des règles de fonctionnement nouvelles.

Mais je suis désolée de ne pouvoir vous citer la dernière phrase qui se trouve à la page 65 car la seule idée de fouiller toute ma bibliothèque pour exhumer l'un ou l'autre de ces ouvrages me donne la migraine.



Par contre, je peux citer le dernier livre que j'ai lu et pas vraiment aimé et vous expliquer pourquoi. J'ai trouvé "La femme de papier" dans les toilettes (c'était un présage ?), abandonné là par ma fille.

Je ne sais pas si c'est cela qui m'a crispée ou si, véritablement, ce livre est à déconseiller mais le fait est qu'entre glauquerie et cul, j'ai eu du mal à avaler les pages à la même allure que l'héroïne avale le foutre.


Publié dans L'enchaînée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article