Colère d'addict

Publié le par hypos

Ras la clavier !
Plein le dos, marre et archimarre de ce  blog et de sa grande traîne blogo !

Tiens par exemple, ce matin, je clique sur mes statistiques ...POURQUOI ? .. je vous l'demande !!!
Qu'est-ce que cela peut bien me faire d'avoir tel ou tel score ?
Et puis en plus, comme le pagerank joue au yo-yo en fonction d'un calcul qui m'échappe, qu'est-ce que je peux faire à part me réjouir ou me désoler sans pouvoir aucunement agir ?

Par ailleurs, les billets qui me réclament le plus de travail ou ceux qui touchent à des causes graves ne sont pas ceux qui font bondir les chiffres. Je dirais même que c'est inversement proportionnel : de quoi plonger dans le médiocre ou le sensationnel si j'avais un peu de constance et la volonté d'être la "prem's" chevillée à l'esprit !


Désormais, c'est une affaire entendue pour mes proches : je suis une addict. C'est comme cela que mon fils me décrit quand une ou un ami débarque à la maison. Tout le reste de ce que je suis (était ?) a disparu au profit de la posture du parfait bloggeur : La fesse aplatie sur la chaise, les yeux braqués sur l'écran et le paquet de clopes à portée de main.

Pas une émission, pas un spectacle quotidien, pas un épisode de ma vie que je ne transforme illico en billet. Heureusement pour vous, l'immense majorité de ces posts restent à l'état de fœtus vite avortés car la vie m'entraîne aussitôt vers d'autres colères, chagrins ou étonnements.

Par bonheur mon travail m'oblige à quitter la maison de temps en temps : j'arrive à décrocher quelques jours et à faire un peu d'exercice. A chaque fois, je m'en réjouis, ravie de retrouver l'usage de muscles totalement atrophiés (abdos, cuisses ou mollets) et la capacité à m'amuser de rencontres vraies et non plus virtuelles.


Il y a tous ces "à coté", les détails qui prennent un temps fou. Un exemple ? La gestion de la communauté des femmes engagées sur over-blog. Communauté dédiée aux femmes donc. Engagées politiquement (au sens large) précisions-le (précision du reste clairement notifiée).
A la base, l'idée n'était pas complètement cloche et puis, deux clics suffisaient et, hop !, l’affaire était lancée. Donc elle le fût.

Mais les bloggeurs seraient-ils profondément débiles ?
Car tous les jours, je reçois des demandes qui m'obligent à découvrir de nouveaux blogs et à les parcourir pour en connaître la teneur. Ce ne serait qu'une formalité un peu chronophage si elle n'était par ailleurs totalement vaine car en vérité, la majorité des demandes n'émanent pas de femmes engagées mais d'hommes, de surcroît majoritairement en dessous du niveau zéro. Parfois, je trouve aussi des blogs de filles : Tricot, broderie, bondieuseries... Si je n'avais les doigts sur le clavier, je m'arracherais les cheveux !


Il y a aussi les "amis". Mieux que sur Facebook puisqu'au fil des fils, on apprend à se connaître et à s'apprécier... jusqu'au jour où on les "colle" dans sa blogroll ou le widget...
Là, c'est la fin des haricots : tous les jours des billets arrivent en flux continu qu'il s'agit de lire un par un par le menu. Vous en sautez un ou deux ? Pof ! Vous devez rattraper le retard : On ne sait jamais, quelquefois qu'on aurait raté une info essentielle, un clin d'œil personnel, le jeu du siècle ou un commentaire assassin qui exige une réponse bien sentie ! Et oui, c'est qu'on s'attache à certains blogs et pire encore, à leurs auteurs...

Pendant ce temps là, les gosses s'étripent dans leur chambre, s'avachissent des heures devant la télé ou dévalisent le frigo en toute impunité. Quand vous relevez la tête, c'est le zouk dans la maison alors, pour ne pas voir les dégâts..bah..heu...vous vous replongez dans la toile !


Et puis, il y a les liens épisodiques. Untel nous a linké, tel autre vous taggue dans une chaîne : Comme je suis bonne fille, je rends la politesse. Avec d'autant plus de bonnes grâces que ça m'amuse au fond. Et voilà comment je me retrouve à relire et à retranscrire la cinquième phrase de la page 123 du dernier roman que j'ai lu, ou à évoquer mes 5 pires défauts ou bien à parcourir le net pour remercier chaudement ceux qui ont publiquement félicité mes éructations.


Enfin, il faut bien "produire".
Comme je n'ai pas vocation de faire du copié-collé d'articles de presse ni de la redite et que, pour mon malheur, je n'ai aucun talent particulier dans quelque domaine que ce soit, je suis devenue une vraie usine de retraitement de l'information ! On ne dira jamais assez le temps que prend le filtrage de toute l'actualité : Phase 1) l'absorption en quantité non négligeable 2) la digestion suivie de la décantation 3) l'intégration de données connexes 4) la synthèse 5)l'emballage (texte, mise en page, iconographie)... rrrahh... Le téléphone sonne, le PC plante, over-blog buggue... Alors, on recommence parce que, quand même hein ?! on ne va pas laisser tomber si près du but ?!


Publié dans Autodérision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article