Rage

Publié le par hypos

Oui toi là. Avec ta grosse bouée autour du ventre amoureusement (?!) entretenue par Madame qui fait des petits plats trop gras, toi qui t'enfiles des verres au comptoir en te gaussant du "niakwé" ou du "basané" alors que ce sont eux qui sortent tes sales poubelles et te servent à midi un repas dont le prix est bien heureusement équivalent à ton ticket restaurant.


Toi là, qui reluques les manifestants par la fenêtre en fustigeant ces fonctionnaires fainéants qui gueulent au lieu d’assurer ton service public, mais qui, par ricochet, t'aident bien sûr à profiter de certains avantages sociaux et de tes RTT que tu passes sur les pistes de ski.

Toi là, qui te lamentes sur ton sort (bah oui t'as pas pu acheter ta nouvelle Peugeot et le prix du steack augmente) mais qui n'entends pas la femme du voisin crier sous les coups, qui montes même le son de TF1 pour mieux suivre le match de foot sans  être perturbé par les appels aux secours.

Toi aussi, qui te planques quand il faut défendre ses droits mais qui prépares dix mois à l'avance tes congés payés que d'autres ont acquis pour ta pomme tandis que tu faisais carrière.

Et toi, qui regardes ailleurs. Qui te félicites d'avoir bien caressé le poil du Chef pour obtenir ta prime. Mais qui omets de te souvenir du sort que tu as réservé à Armelle ton assistante, à qui tu imposes des heures sup’ le soir au nom de l'esprit d'équipe et que tu accueilles le matin l'œil furieux parce qu'elle a quelques minutes de retard !

Toi aussi, qui t’agites pour défendre tes "frères", qui ameutes tout facebook pour fustiger l'innommable invasion, qui dénonces la ségrégation et l'indifférence des citoyens mais qui vas, pépère, hurler aussi avec les loups contre les grèves dans les transports publics alors que tu profites sans vergogne des avantages sociaux que les "infidèles" ont acquis pour toi.

Toi là bas. Avec ton chapelet. Qui te donnes bonne conscience le dimanche en marmonnant des prières à Dieu mais qui, toute honte bue, nommes à la tête des instances de ton parti des personnages indignes ou toi qui te couches aux pieds des puissants mais évites les quartiers à «  risque » et ne sorts qu’accompagné d’une cohorte de flics armés.

Toi qui te plains qu’on ne te reconnaisse pas pour ton travail d’expert, qui condamnes l’indifférence de tes collègues, qui pointes du doigts les travers de tous mais qui est incapable de la moindre empathie, qui te moques de la misère des autres, qui abuses de ceux qui te donnent de leur temps et marquent de l’intérêt à ton endroit.

Toi qui te plains sans complexe de ta condition de femme alors que tu peux aller et venir à ta guise, toi qui gémis que « c’est trop injuste » alors que tu n’as pas eu le cran de prendre des risques, toi qui dénonces l’intolérable discrimination tandis que ton lave-vaisselle se charge des assiettes et pendant que tes sœurs, ici ou ailleurs dans le monde, se font exciser, lapider, violer, vivent sous la burka ou plus simplement dans la misère des fins de mois.

Toi qui ne viens pas ici car nul autre que toi-même ne te préoccupe et nul ailleurs que ton nombril ne t’intéresse,


Toi, ce soir, tu me donnes envie de vomir.



Publié dans Monologues

Commenter cet article

marie laure 26/03/2009 19:15

@Flèche
hihhihi, ça ne m'étonne pas sinon, j'aurais commis sans le vouloir une grosse boulette mal tà propos :-))

Flèche 26/03/2009 18:48

Me suis pas reconnue :)

chrisdabin 26/03/2009 09:18

ahh désolé j'ai terminé ma pause il y a plus d'une demi-heure, et le café doit être froid.

marie laure 26/03/2009 09:11

@chr!s
Promesse, promesse .. j'attends toujours le café :-)

chrisdabin 26/03/2009 00:18

bien au contraire.
...même si je poserais bien une question :-))) autour d'un café.
(et je la garde jusqu'à ce qu'elle ne soit plus utile)