Jeu de points dans l'obscurité

Publié le par hypos

Aimer.

En voilà un drôle de mot.

"Je t'aime" dis-tu.

Je tourne et retourne cette petite phrase. La répète. Sur tous les tons, avec toute sorte de ponctuation. Rien n'y fait.


http://www.linternaute.com/sortir/magazine/photo/je-t-aime/image/grec-233629.jpgJe t'aime. Un point c'est tout. Comme une condamnation sans appel. Avec le triste définitif de toute certitude.

Je t'aime ? En point d'interrogation. Surpris par l'évidence d'un sentiment dont on se croyait privé à jamais et hésitant encore à se nommer.
   
Je t'aime ! Lâché comme un cri de délivrance. Les vannes ouvertes pour laisser libre cours au flot tumultueux des émotions qui étouffent.

http://www.linternaute.com/sortir/magazine/photo/je-t-aime/image/hebreu-233639.jpg
Je t'aime;
Avec un point virgule tel un léger arrêt de la pensée. Dans l'attente d'une suite qui se refuse ou d'une idée contradictoire que l'on préfère taire.



Je t'aime... 
En suspension.  Dans une promesse d'infini et de toujours. Dans un dialogue intérieur qui se poursuit et s'égare. Dans un murmure aussi ténu que l'amour lui-même.






"Je t'aime"
. C'est soudain l'obscurité. Je ne vois plus du tout ce que cela veut dire.





 

Publié dans Monologues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hypos 20/12/2009 22:10


@Werner
J'aime que nos jours ressemblent à des semaines à force de vie et d'émotions. Merci. (simple point:-)


hypos 20/12/2009 22:07


@Spauding
Aucun doute sur le fait que tu as très certainement déjà aimé...Quant au Qi, tu as raison, je ne sais pas si ça le fait évoluer. Par contre, je suis certaine que ça donne envie de se dépasser et ce
n'est déjà pas si mal.
Pour la peinture française, je pense qu'elle a tout à gagner de me voir rester dans le domaine du verbe :-))


spaulding 20/12/2009 10:06


Bon, mais je conteste que l'amour "rende moins con".
La preuve: il m'est déjà arrivé d'aimer (parfaitement!) mais sans que cela eut la moindre influence sur mon QI qui est toujours resté aussi désespérément bas.

Tans pis pour la peinture française :-(


Werner 20/12/2009 09:59


Très chère Hypos, je vous aime tant. Je t'aime (virgule) à vouloir dire tout à la fois mon attachement, mon affection, mon admiration pour toi, mon exigence pour nous. A en perdre moi-même la tête
dans une spirale d'émotions malgré la clarté des sentiments...


hypos 19/12/2009 15:43


ne vas pas croire que je suis une addictive de la tristesse et de la désespérance. Ou bien que je vive une histoire d'amour encore une fois douloureuse. Non, c'est juste que l'amour n'a pas
forcément pour moi un goût d'évidence et de long fleuve tranquille dans lequel je finirais d'ailleurs par mourir d'ennui.
L'amour, ça interpelle, ça défrise, ça secoue, ça te requestionne sur le sens des mots, le sens des caresses, le sens de la vie. et c'est ça que j'aime au fond. Que ce soit justement l'inverse de
la facilité. Que ça oblige à se dépasser et à dépasser ses faiblesses. Que ça rende en quelque sorte meilleur, moins con, moins planqué dans son quant-à-soi, moins "automatique".
:-)
Bon, pour la peinture, je décline le conseil ;)